BIEN CHOISIR SES CHAUSSURES

L’IMPORTANCE DE BIEN SE CHAUSSER !
LA SANTE PASSE PAR LE PIED
 
COMMENT ET POURQUOI
La phrase récurrente : « j’ai des chaussures neuves plein le placard, je n’en supporte aucune »
Combien de souffrances et de moments gâchés par un mal de pieds ?
QUELQUES NOTIONS A SAVOIR !
 
65% DES FRANÇAIS ONT MAL AUX PIEDS
Une chaussure supporte votre corps toute la journée. Vous êtes debout en position statique ou dynamique.
  • 42,5% ont des problèmes au niveau des ongles de pieds (mycosés,      traumatiques, plicaturés…). Davantage les hommes…. 33% portent   habituellement des baskets.
  •  Plus de 1/3 des femmes ont des cors aux pieds et 42,5% des durillons, s’ajoutent les hallux valgus (oignons), les doigts de pied en griffe, et autres pathologies déformantes. 16% des femmes portent des chaussures à talon. Elles sont les plus nombreuses à se plaindre des douleurs au niveau de l’avant-pied, du genou, des jambes et des orteils.
  • Pour plus de la moitié des personnes examinées, les caractéristiques de l’usure des chaussures illustrent un mauvais chaussage et ont nécessité des conseils appropriés.
 
Tous les pieds sont différents :
01Pieds
Il existe 4 grandes catégories :
  1. Le pied romain : les 3 premiers orteils sont de la même grandeur le 4ème puis le 5èmerégressent.
  2. Le pied carré : tous les orteils sont de la même longueur.
  3. Le pied grec : le 2ème orteil, en partant du gros, est plus grand que les autres.
  4. Le pied égyptien : le gros orteil est plus avancé.
 
De plus, 25% ont les pieds plats et 23% les pieds creux
02Pieds
A cela s’ajoute des largeurs de pieds différentes selon la morphologie des individus et les déformations congénitales ou provoquées (accident, âge, maladie, port de chaussures inadaptées, etc…)
03Tableau
04Tableau

Il faut donc « trouver chaussures à son pied » si l’on ne veut ni souffrir ni déformer ses pieds.
 
COMMENT BIEN SE CHAUSSER SANS SOUFFRIR
NI DEFORMER SES PIEDS
 
TOUT COMMENCE DES L’ENFANCE !
Conseils indispensables :
  1. De 1 à 36 mois faire porter à l’enfant des chaussures dites « premiers pas ». Elles doivent maintenir le pied avec une tige suffisamment haute, un galbe du talon de 1cm environ, des contreforts asymétriques respectant l’anatomie du pied et assurant un meilleur maintien, notamment de l’arrière du pied et de la cheville. Les chaussures doivent être légères réalisées dans des matériaux de QUALITE. Le laçage doit être préféré aux scratchs, même si ceux-ci sont plus pratiques. Le bout de la chaussure doit permettre le mouvement des orteils.
  2. De 3 à 5-6ans, les chaussures doivent assurer un maintien des articulations tibio-tarsiennes et sous-astragaliennes. Une tige suffisamment haute et relativement rigide (attention à ce qu’elle n’arrive pas sur la malléole), une couverture du coup de pied et un respect des contreforts asymétriques sont les éléments indispensables pour un bon chaussage chez l’enfant.
  3. La morphologie du pied étant différente chez chacun, les voûtes ou soutiens plantaires disposés de façon arbitraire dans les chaussures vont gêner la croissance naturelle des muscles et des ligaments.
  4. Des semelles de propreté amovibles placées dans les chaussures sont préconisées et pourront être remplacées par des orthèses plantaires de correction réalisées par un orthopédiste-orthésiste.
  5. Il faut également mesurer régulièrement la pointure de l’enfant et vérifier l’usure de ses chaussures.
 
 
EVOLUTION A L’AGE ADULTE
Mis à dure épreuve, cachés et compactés dans les chaussures, les pieds ont tendance à être les oubliés et aujourd’hui 80% des femmes déclarent avoir des problèmes de pied. Il suffit pourtant de tenir compte de sa morphologie et de ses activités pour ne plus souffrir. (Si certaines chaussures sont parfaites pour la plage, par exemple, elles ne sont pas conçues pour la marche).
 
EVOLUTION A L’AGE SENIOR
 
DANGER : LES CHUTES
La nécessité d’un chaussage adapté est primordiale afin d’éviter :
  1. Les contraintes surtout en cas de déformations de l’avant-pied
  2. Le glissement à l’avant, en préférant une chaussure à talon bas ou compensé pour une meilleure stabilité
  3. Les glissades grâce à des semelles antidérapantes
  4. Une bonne fixation de la chaussure au pied est indispensable
  5. Une mise en décharge d’une zone fragile et l’adaptation à la présence d’un pansement le sont également.
Les pantoufles : à proscrire pour un usage quotidien :
Même s’il est extrêmement fréquent (jusqu’à 80% en institution) et si les porteurs soulignent les avantages : confort, légèreté, facilité de mise en place, les inconvénients sont beaucoup plus nombreux. En effet, la pantoufle n’assure pas le maintien du pied et se déforme avec le temps plus rapidement. Quoiqu’il en soit il faut préférer les pantoufles fermées avec un bon maintien et une bonne semelle.
Le port des baskets réduit le risque de chutes chez les séniors :
Selon une étude d’un centre de recherche et de prévention des accidents de Seattle, les risques de chutes seraient réduits de 30%.
 
LES DANGERS A EVITER :
ATTENTION AU CHAUSSAGE TROP SERRE :
80% des femmes sont chaussées trop serré. Elles sont nombreuses à porter des chaussures à la pointe d’une certaine mode qui, elle, ne s’occupe pas du confort du pied. Les pieds subissent, chaque jour, des frictions qui abîment les couches supérieures de la peau. Lorsqu’il y a frottement les callosités comme les cors, se développent par accumulation de cellules mortes. L’organisme se défend. Il faut donc se poser les bonnes questions !
 
TALONS HAUTS : SOUFFRANCES ET DANGERS :
Au départ un rôle utilitaire pour les cavalières, le talon haut est devenu un « must » de l’élégance après la libération, mis à la mode par Christian Dior. Il est aujourd’hui chargé de symboles de toutes sortes. Mais, les pieds en deviennent les victimes lorsqu’ils se retrouvent réduits en boule par la cambrure exagérée et trop serrés dans une forme effilée de la pointe. La structure des talons hauts et l’anatomie humaine ne font pas bon ménage.
Les conséquences sont bien connues et provoquent différents maux podologiques : cors, callosités, oignons (hallux valgus), orteils en griffe ou en marteau, syndrome de surcharge de l’avant-pied.
Les répercussions d’une chaussure mal adaptée entraîne aussi des problèmes de dos et de pieds pouvant survenir au bout d’un certain nombre d’années, particulièrement avec des talons de plus de 4cms.
Toute surélévation exagérée du talon entraîne une répartition du poids du corps différente. Elle sera responsable d’une charge excessive sur les têtes métatarsiennes entraînant des douleurs osseuses voire des déformations et même des fractures des métatarses, sans oublier la formation de callosités douloureuses. Un talon trop haut peut encore provoquer des douleurs dans le mollet et la colonne vertébrale lombaire.
LES BASKETS :
Marcher toute la journée en baskets est très déconseillé pour les femmes comme pour les hommes et les adolescents en sont victimes.

GUIDE D’ACHAT DE VOS CHAUSSURES :
  1.  Préférez la QUALITE à la quantité ! 
 Attention : pieds brulés par des chaussures
05Pied 06Pied

Bien sûr aucune chaussure n’est adaptée pour tous les usages. Mais en fonction de ses activités choisissez toujours une chaussure réalisée dans des matériaux de qualité et d’une fabrication soignée
  1. Choisissez des chaussures conformes à la morphologie de votre pied. Il faut tenir compte de sa pointure (variable d’une marque à l’autre) mais aussi de la largeur de son pied. Il existe 13 largeurs différentes (toutes les marques ne fabriquant pas les largeurs hors standard)
  2. Essayez toujours les 2 pieds (on a toujours un pied légèrement plus fort que l’autre)
  3. Faites attention aux piqûres et surpiqûres qui ne doivent pas frotter la peau (surtout pour les personnes diabétiques)
  4. Les semelles doivent amortir les chocs, isoler le pied de la température extérieure et être antidérapantes. Elles seront donc flexibles, plutôt épaisses, résistantes, aussi large que l’empeigne et dotées d’un talon (entre 3 et 4 cm).
  5. Si vous porter des orthèses plantaires, achetez des chaussures à semelles amovibles afin de remplacer la semelle d’origine par la semelle orthopédique. Ceci évitera toujours une surpression du pied. Même 1 mm d’épaisseur peut créer une pression. De plus, les chaussures possédant des semelles préformées contrarient l’orthèse correctrice faite à vos mesures et adaptée à vos besoins.
  6. Ne pas acheter des chaussures d’une pointure supérieure pour rentrer dedans. C’est que cette chaussure n’est pas adaptée.
 
QUE DIRE DE MIEUX :
UNE CHAUSSURE DOIT ETRE ESSAYEE AVANT D’ETRE ACHETEE
Pour qu’un pied soit réellement « épanoui » il a besoin de paires de chaussures variées. En changer plusieurs fois dans une même journée apparaît comme la solution.
PREFEREZ LA QUALITE A LA QUANTITE !
Achetez des chaussures adaptées à votre morphologie.
Refusez de souffrir car la douleur gâche tous les bons moments que l’on peut vivre.
Réf. : Santé du pied : magasine de l’Union Française pour la Santé du Pied.
08Cendrillon